archives

Historique du classement

Vous êtes ici : Cormouls-houlès / Introduction / Introduction archivistique / Le classement des fonds / Historique du classement

72 J

Le bâtiment annexe des Archives départementales situé à Jarlard (13 FI)

Le bâtiment principal des archives départementales rue du Général Giraud étant alors saturé, les archives du 72 J ont été entreposées dans un bâtiment annexe des Archives départementales, situé à Jarlard, de la date de leur entrée en 1982 jusqu’au déménagement des Archives départementales en 2004.

C’est là que, dès 1983, Christian Chamayou réalise un document provisoire balayant l’ensemble du fonds, mais sans cotation. En 1998, Tamba Camara reprend le travail de classement des fonds textiles conservés aux Archives départementales sous la direction d’Annie Charnay. Ce travail inclut le versement Cormouls-Houlès coté 72 J.

En 2001, Sophie Izac-Imbert, adjointe à la directrice des archives, prend la responsabilité de l’encadrement de ce long travail de classement. L’inventaire est structuré selon le plan de classement des archives industrielles et saisi sous traitement de texte.

En 2006, Tamba Camara et Françoise Hubaut, responsable des archives privées, finalisent le classement, toujours sous traitement de texte.

80 J

Ce petit fonds d’archives industrielles (2,3 ml) a été classé en 1989-1990, 3 ans après son entrée aux Archives départementales, par Jean Le Pottier. Il s’y trouve aussi mêlées quelques archives familiales qui n’avaient pas été clairement distinguées des archives industrielles.

104 J

Ce troisième fonds versé est un fonds d’archives personnelles relativement important par sa taille, 8 mètres linéaires. Il est composé en majorité de copies de lettres, conservées dans des volumes reliés. Il a été classé en 1998, un an après son entrée aux Archives départementales, par Robert Maffre, qui en a dressé un inventaire détaillé.

Le regroupement en un seul inventaire

En-tête de la Maison Jules Cormouls-Houlès & fils SARL, 1957 (72 J 125)

Chaque versement avait donc été classé individuellement. Mais ces archives sont arrivées jusqu’à nous comme trois morceaux d’un tout, bien plus intéressant dans sa globalité que dans son individualité. Nous avons considéré la famille Cormouls-Houlès dans son ensemble comme un seul grand producteur d’archives industrielles sur 150 ans.

Regrouper les trois fonds inventoriés dans un seul et même inventaire nous a semblé répondre à cette nécessité de respecter l’histoire de la production de ces archives. Pour regrouper intellectuellement ces trois versements, Tamba Camara a donc réalisé, à partir de 2007, une saisie des trois inventaires avec le logiciel Arkhéïa, outil spécialisé pour le classement d’archives. Le plan de classement cherche à mettre en évidence la succession des différentes sociétés dirigées par la famille Cormouls-Houlès. L’ensemble a naturellement été construit conformément au plan de classement proposé par Bertrand Gille, historien de l'économie et des techniques et premier conservateur de la Section des archives privées et économique des Archives Nationales dès sa création en 1949. Pour préserver l’identité des trois versements, les cotes n’ont pas été modifiées et chaque article peut être rattaché à son versement par sa cote (72 J entrée de 1982, 80 J entrée de 1986, 104 J entrée de 1997). Par ailleurs, Tamba Camara finalise les recherches de sources complémentaires et établit la bibliographie.

Parallèlement, Françoise Hubaut réalise les deux « annexes » qui ont servi de guide constant dans le travail de structuration de l’inventaire :

- Une généalogie nourrie des deux volumes de l’ouvrage de Gaston Tournier conservé et aimablement prêté par la médiathèque de Mazamet. Il fait apparaître les différents chefs d’entreprises et permet de se repérer dans cette vaste famille et d’identifier les différents producteurs d’archives. Il est alors décidé de poursuivre la recherche généalogique pour situer tous les personnages cités dans l’inventaire. Valérie Gautrand a eu la lourde charge de mettre en forme ce grand arbre généalogique, indispensable à la compréhension du fonds. L’arbre a été scindé en trois branches pour plus de lisibilité : famille Olombel, Cormouls et Cormouls-Houlès.

- Une étude de l’enchaînement des sociétés s’appuyant sur les documents du fonds et complété par les sources d’archives publiques, en particulier l’Enregistrement (sous-série 3 Q) et les archives des Tribunaux de commerce (sous-série 6 U).

 Mentions légales Plan du site