archives

Simon dit Ferdinand Cormouls (1802-1871)

Vous êtes ici : Cormouls-houlès / Introduction / Introduction archivistique / La famille Cormouls-Houlès / Simon dit Ferdinand Cormouls

Portrait de Simon dit Ferdinand Cormouls, Les Tarnais, 7 US 4

 

Arbre généalogique Cormouls-Houlès, case 14

Arbre généalogique Cormouls, case 18

 

A la mort de son beau-père en 1851, l’entreprise prend le nom de « Houlès père et fils et Cormouls ». Jusqu’au moment où ses fils peuvent le seconder après avoir terminé leurs études, il s’adjoint le concours de MM. Jules Sarrat, Job Brenac et Eugène Guiraud. C’est la plus importante entreprise du bassin de Mazamet pendant toute la deuxième moitié du XIXe siècle avec les usines des Casernes, de Saint-Sauveur, de Sluomroc et de Pont de l’Arn. Cormouls-Houlès s’impose sur le marché de Londres, il développe la production textile en quantité et en qualité et y ajoute une annexe de délainage, qui va supplanter et même faire disparaître la fabrique des tissus.

 

En 1860, Ferdinand obtient par décret impérial le droit d’ajouter à son nom celui de Houlès, en hommage à Pierre-Elie Houlès, et il installe à Buenos Ayres un important comptoir d’achat de peaux de moutons.

 

Ferdinand a quatre fils Edouard, Gaston, Eugène et Jules. L’aîné meurt en 1870. Les trois frères sont d’abord associés puis créent des maisons séparées dans les années 1890.

 

Cliquez ici pour accéder à la génalogie de la famille Cormouls-Houlès.

Cliquez ici pour accéder à la génalogie de la famille Cormouls.

 Mentions légales Plan du site