archives

Des fonds étroitement imbriqués

Vous êtes ici : Cormouls-houlès / Introduction / Introduction archivistique / Le classement des fonds / Difficultés rencontrées / Des fonds étroitement imbriqués

Police de la société « Vène-Houlès Cormouls et Cie » fondée en 1829, 104 J 131. Pour lire le document en entier, cliquez sur l'image.

Ces trois versements intervenus dans l’espace de quinze années sont étroitement imbriqués : les archives sont arrivées jusqu’à nous comme trois morceaux d’un tout. Le lien qui les unit est l’histoire même de la famille Cormouls-Houlès, depuis Pierre-Elie Houlès jusqu’aux descendants des trois fils de Ferdinand.

Ferdinand Cormouls est entré dans la famille Houlès par son union avec Charlotte Louise, la fille de Pierre-Elie Houlès. Il est le trait d’union entre les dynasties Houlès et Cormouls et l’articulation de toutes les pièces du puzzle que constitue ce fonds d’archives.

Les relations entre les trois fils de Ferdinand, Gaston, Eugène et Jules, sont toujours restées très étroites. Gaston et Jules se considéraient pareillement comme les héritiers de la société de leur père et, avant elle, de la société « Houlès père et fils », de leur grand père Pierre-Elie Houlès.

Si le 72 J correspond à l’activité de Ferdinand puis de son fils cadet Jules, on trouve aussi des documents majeurs concernant Ferdinand Cormouls et avant lui Pierre-Elie Houlès dans le 104 J. Les polices de société des années 1828 jusqu’au milieu du XIXème siècle se trouvent dans le 104 J (104 J 172, 131, 169, 174, 170, 175, 173). La police de la société « Vène-Houlès Cormouls et Cie » fondée en 1829 se trouve ainsi conservée dans le 104 J (104 J 131) tandis que les archives de la société elle-même se trouvent logiquement dans le 72 J (72 J 358 et suivants).

De même, le versement coté 80 J est mis en lumière par la correspondance de Gaston Cormouls-Houlès, conservée sous la cote 104 J, qui aborde tout autant des affaires privées que liées à l’entreprise.

 Mentions légales Plan du site